Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 22:38

A l’occasion de son discours de politique générale, le Premier Ministre Manuel Valls a annoncé un certain nombre de réformes de structure parmi lesquelles la réduction de moitié du nombre de Régions, et ce afin de les doter d’une taille critique pour « accompagner la croissance des entreprises et encourager les initiatives locales ». Il a également annoncé la fin de la « clause de compétence générale » dans le but d’attribuer des compétences exclusives et spécifiques à chaque niveau de collectivité.

Je me réjouis que le Premier Ministre s’engage clairement dans la voie d’un approfondissement de la décentralisation en voulant s’appuyer sur des Régions fortes pour que l’Etat se redresse. Plus que jamais, pour retrouver de la vigueur, la République a besoin de ses territoires et de ses forces vives à l’échelle locale qui n’ont pas toujours les moyens d’action qu’elles devraient détenir.

C’est donc une main tendue qu’il faut saisir à condition que la démarche soit gagnant – gagnant pour les femmes et les hommes qui vivent sur les territoires.

Comme Président de Région, c’est à eux que je pense justement, c'est pour eux que j'agis, au quotidien. Depuis 2006, j’ai toujours œuvré pour défendre les intérêts de l’Auvergne et des auvergnats. Pour ce faire, je me suis toujours attaché à faire preuve d’écoute à l’égard des citoyens, convaincu que la démocratie participative constituait un complément nécessaire et enrichissant de la démocratie représentative.

Et c’est, à mon sens, à nouveau par la voie de la démocratie locale que sur les questions, pourtant compliquées, d’organisation territoriale et administrative, nous devons avancer en faisant confiance à l’intelligence collective et à la maturité des citoyens.

Chacun se rend compte en effet qu’une fusion à périmètre constant et imposée depuis Paris avec une région voisine, en l’état actuel des choses, conduirait l’Auvergne à son éclatement et cela, j’en suis convaincu, personne ne le souhaite : le Cantal ne pourrait se reconnaître dans une grande Région « Rhône-Alpes / Auvergne » dont le centre de gravité pencherait trop à l’est, pas plus par exemple que la Haute-Loire dans une grande région « Auvergne / Limousin » dont elle serait aux marges.

De fait, pour mener un débat serein et efficace tout en contribuant pleinement à cette réforme structurelle, il me semble important de réfléchir à deux temporalités :

  • d’ici 2017, les coopérations interrégionales doivent être renforcées à l’échelle du Massif Central. Un groupement d’intérêt public réunissant 6 régions existe déjà, des actions communes ont été menées depuis 2007 mais nous pouvons aller plus loin. L’occasion nous est donnée par le Premier Ministre, à nous de la saisir !
  • ce travail, non content d’améliorer l’efficacité des politiques publiques, pourrait en outre servir de démarche préparatoire, dans le respect des attentes de chaque territoire, pour voir naître après 2017 une grande Région « Massif Central » avec l’Auvergne et le Limousin comme pivots, et pourquoi pas des départements tels que l’Aveyron, la Lozère, la Nièvre, la Loire.

Avec Clermont-Ferrand pour capitale, cette entité aurait une cohérence géographique forte puisque le Massif Central est un des plus grands massifs montagneux d’Europe, puisqu’une réelle identité sur le plan économique existe (filière bois, agriculture, excellence industrielle) ; puisque culturellement nous partageons une longue histoire commune  et surtout qu’une  forte cohésion environnementale nous rassemble car la grande caractéristique de ces territoires, à la richesse naturelle exceptionnelle, est d’être un des poumons verts de l’Europe !

Le débat ne fait que commencer. Il doit s’effectuer dans le dialogue et la concertation, il doit se déployer dans le respect des besoins de chacun pour déboucher démocratiquement, demain, sur des Régions fortes, soudées autour de véritables communautés de destins.

Redessiner la France depuis la capitale n’est plus possible dans une démocratie moderne, à nous, acteurs locaux, de nous saisir de cette opportunité pour débattre, faire avancer nos projets au service des citoyens, les associer toujours plus et les convier à écrire, ensemble, l’avenir de nos territoires !  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cliquez pour ouvrir la carte 14/05/2014 21:13

Limoges et Brive-la-Gaillarde tournent le dos au Massif Central et la Loire est proche de Lyon.
Néanmoins, une région Massif-Central avec l'Auvergne, la Creuse, la Haute-Corrèze, l'Aveyron et la Lozère fait sens.
Une carte de France avec cette région Massif Central est présentée sur le lien web.

Pierre 14/05/2014 21:12

Limoges et Brive-la-Gaillarde tournent le dos au Massif Central et la Loire est proche de Lyon.
Néanmoins, une région Massif-Central avec l'Auvergne, la Creuse, la Haute-Corrèze, l'Aveyron et la Lozère fait sens.
Une carte de France avec cette région Massif Central est présentée sur le lien web.

bonnefont philippe 09/04/2014 14:04

Pour compléter mon propos : complémentarités des territoires, histoire et culture communes , unicité et hétérogénéité du Massif, tout plaide pour faire du Massif central / Auvergne Limousin une grande entité géographique, historique et culturelle avec un potentiel touristique considérable mais pas seulement , valorisation du massif forestier,industries de pointe dans l agroalimentaire, le pneumatique, l aluminium, bassin économique de Limoges et Aurillac, une grande métropole centrale avec Clermont . Une belle carte à jouer pour cette grande région qui dans le cadre des plans et des projets autour du développement durable et climat-énergie a de très beaux atouts.

bonnefont philippe 09/04/2014 11:36

Tout à fait d accord , il y a une vraie identité Massif central et souvent une histoire et culture commune.le "mariage" avec Rhone alpes serait + une union de raison que de coeur.

Mieux connaître

Recherche

Articles Récents