Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2005 2 06 /12 /décembre /2005 15:23
L’argent est de plus en plus rare. Les collectivités voient toutes se profiler des difficultés insurmontables à l’horizon, notamment avec la diminution des recettes en provenance de l’Etat.
Pour autant, il faut s’interroger pour savoir si l’argent public est toujours bien dépensé, tant par l’Etat que par les collectivités.
Il existe à mon avis deux secteurs où la tendance est de donner… des subventions à des personnes ou à des entreprises qui n’en ont nul besoin.
Pour ne fâcher personne (j’espère !), je prendrai deux exemples, l’un au niveau de l’Etat et de l’Europe, l’autre au niveau du Conseil Général du Cantal.
Selon la Confédération Paysanne, un élu du centre de la France exploiterait une ferme de 739 hectares en grande culture et à ce titre, il percevrait 300 000 €uros de subvention par an !
Le Conseil Général du Cantal, dans la réunion de sa Commission Permanente du 25 novembre, a accordé 7 500 €uros de subvention au titre de l’aide à la « transmission reprise d’entreprises commerciale et artisanale » au repreneur d’un fonds de commerce racheté pour 479 500 €. C’est bien sûr une aide plus modeste ; toutefois, quand on est capable de dépenser une telle somme, l’aide publique n’est pas un élément déclenchant ; en fait, elle n’a aucun effet, et, donc elle est totalement inutile pour l’économie départementale.
C’est ce qu’on appelle un effet d’aubaine.
Les interventions des collectivités en matière d’agriculture, de commerce et d’artisanat, qui ne sont d’aucun effet, sont malheureusement courantes. Pourquoi donc ces collectivités gaspillent-elles ainsi leur argent ? Pour se concilier les bonnes grâces d’électeurs supposés ?
Dans l’agriculture qui détient le record en matière d’aides qui ne sont que des effets d’aubaine, 80 % des aides de l’Etat et de l’Europe arrosent les 30 % d’agriculteurs les plus riches, en général, spécialisés dans les grandes cultures !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

henri manhÚs 06/01/2006 14:13

Merci pour votre réponse.

henri manhÚs 28/12/2005 15:20

Le cas que vous citez ressemble fortement à mon cas.
Tout d'abord ces 7500€ font partie d'un ensemble d'aides que le conseil général a octroyé à mon entreprise suite au rachat du fond de commerce, du matériel, et du maintien des salariés. je suis d'accord avec vous que ces aides ne sont pas, du moins dans mon cas, des éléments déclanchants puisque le prévisionnel avait été fait sans. Mais elles m'ont permis d'une part de créer un emploi, d'autre part d'accélérer les investissements. Ce qui est déjà pas mal vous en conviendrez.
Quant aux aides de la région pour les entreprises agro depuis leur non-éligilibité à l'arfp en autre (je suis d'accord c'était avant vous), pour les reprises elles ne sont pas légion.   
Que prévoyez vous?

René Souchon 05/01/2006 16:17

Bonjour,Tout d’abord l’exemple que j’évoquais dans mon article n’était pas celui de votre entreprise.Un nouveau dispositif est prévu par le Conseil Régional d’Auvergne pour venir en aide aux acteurs économiques d’Auvergne. Un programme en faveur des entreprises, de l’économie locale, de l’économie sociale et solidaire sera d’ailleurs proposé à l’occasion de la session des 10 et 11 janvier prochains.Ce programme est en grande partie lié aux travaux réalisés dans le cadre du schéma régional économique (SRDE).Les résultats de ce projet seront finalisés en début d’année 2006 mais des mesures nouvelles verront le jour afin d’être opérationnelles rapidement.La loi du 13 août 2004 donne au Conseil Régional un rôle de coordonnateur de l’action économique. Les collectivités locales doivent donc signer une convention avec la Région dès lors qu’elles souhaitent mettre en œuvre des aides aux entreprises ce qui a été fait à la demande des 4 Conseils Généraux concernés.Il faut cependant améliorer la complémentarité des interventions pour un maximum d’efficacité.Une priorité sera donnée à l’action organisée par secteur économique à l’image de ce qui a été réalisé avec le lancement de la marque « Bravo l’Auvergne » dans le secteur de l’agroalimentaire.Nous souhaitons à ce titre mettre en œuvre des équipes d’animation de projets afin de mener des actions de développement (promotion, financement d’infrastructures, aide à la création d’entreprises).Deuxièmement, une politique sera menée en faveur de l’innovation.Les moyens de détection des projets seront développés et il sera possible d’avoir recours à des centres techniques spécialisés ou à des laboratoires afin d’assister les entreprises.Enfin pour le secteur lié aux technologies nouvelles, nous favoriserons la mise à disposition de personnels spécialisés (thésards, post-doctorants, ingénieurs) sur des projets précis par le biais d’un programme de bourses de recherche technologique.Une action plus forte sera également menée en qualité de l’offre territoriale. Pour ce faire, différents outils seront mis en œuvre :-    le syndicat mixte d’action foncière sera régionalisé afin de faciliter la mise à disposition de réserves foncières nécessaires aux projets,-    une charte qualité des parcs d’activités sera appliquée,-    les actions d’animation et de promotion des parcs seront encouragés.Afin d’aider au plus près l’artisanat et le commerce, un fond sera doté par le Conseil Régional pour que les Conseils Généraux mettent en place des programmes de soutien au développement.La Région interviendra donc en tant que coordinateur et de garant du bon fonctionnement de ces actions.Concernant les aides directes aux entreprises, elles seront renforcées là où elles sont efficaces et supprimées ailleurs. Ces aides seront donc augmentées pour la création et la reprise d’entreprises, mais aussi au niveau de l’implantation d’entreprises en Auvergne ou du développement des grands groupes présents dans notre Région.L’économie sociale et solidaire, qui fait partie de nos priorités, fera également l’objet d’un nouvel appel à projets en faveur du secteur des services à la personne.Enfin, la création d’un fond régional pour l’emploi unique est également prévue. Il aura pour objectif d’avoir un effet déclencheur des financements bancaires. Ce sera l’outil principal de soutien de nos entreprises.Il s’agit donc là d’un programme ambitieux qui sera affiné tout au long de l’année. Les aides directes aux entreprises seront plus limitées en nombre mais auront pour finalité d’aider en priorité les secteurs porteurs et créateurs d’emploi.Il en va de notre responsabilité d’élu au regard de cette nécessité de lutter contre le chômage.

Forum 06/12/2005 17:44

Bonjour,

Soyez les bienvenus sur notre forum.
Venez l’animer et l’enrichir de vos idées et concepts de société.

D’avance merci et à bientôt.

L’administrateur

Mieux connaître

Recherche

Articles Récents