Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 12:13
undefinedL’état UMP méprise nos collectivités locales,
l’état UMP n’aime pas nos régions.
 
Aujourd’hui ce sont les collectivités territoriales qui compensent les défaillances de l’état. Il est donc indécent de la part d’un gouvernement qui a baissé les impôts des plus riches, avec le bouclier fiscal de 15 milliards d’euros, de s’attaquer à leur gestion.
Les collectivités locales et notamment les régions, à travers leurs projets et leurs politiques, préservent la solidarité nationale et parent au désengagement de l’état dans les domaines de l’éducation, de la santé, de la recherche, de l’université ou des transports.
 
René Souchon, Président du conseil régional d’Auvergne, suite aux récents propos de l’UMP rappelle :
 
1- que la hausse des dépenses des collectivités territoriales dénoncée par l’UMP est la conséquence directe de la politique qu’elle conduit depuis 2004 avec le transfert des compétences inscrit dans les lois de la décentralisation Raffarin (formation professionnelle, économie, lycées, transport…) qu’elle a elle-même initié et voté. Les transferts réalisés concernent essentiellement des dépenses de fonctionnement avec le salaire des agents des lycées, les bourses de formation ou encore le fonctionnement des trains TER.
 
2- que l’état n’a pas respecté ses engagements dans la compensation de ces transferts, obligeant les collectivités territoriales à trouver une nouvelle ressource, rien que pour les personnels des lycées, il manque en moyenne en France, près de 20 % aux régions.
 
3- que l’état ne cesse de demander aux collectivités et principalement aux régions des contributions financières qui ne relèvent pas de leurs compétences. C’est ainsi que la région Auvergne s’engage aujourd’hui sur la politique de la ville, la santé ou encore les universités.
 
4- Méfions-nous des apparences, évoquer le pourcentage des hausses de fiscalité déforme la réalité des chiffres. C’est ainsi que la base fiscale des régions est si faible que les sommes évoquées représentent une part infime des impôts des ménages. Lorsque la fiscalité régionale des ménages augmente de 20 %, cela se traduit concrètement par 1 euro supplémentaire par contribuable par mois. A contrario 20 % de fiscalité départementale représente en moyenne 5 euros .

5- que les politiques menées par la Région ont un impact positif directement sur le pouvoir d’achat des auvergnats :
  • cela passe par la gratuité des manuels scolaires et du premier équipement professionnel pour les apprentis et les lycéens professionnels,
  • cela passe par les bourses pour les étudiants infirmiers ou aides-soignants,
  • cela passe par une tarification spécifique et des réductions pour les transports TER,
  • cela passe encore par les bourses à la mobilité étudiante,
  • cela passe par les aides à l’énergie,
  • cela passe par la gratuité des formations sanitaires et sociales.
 
L’UMP en pleine campagne électorale ressort de vieilles ficelles en agitant le spectre des hausses d’impôts locaux.
Le Président du Conseil régional d’Auvergne entend rétablir la vérité et dénonce le désengagement croissant de l’état qui se traduit par des transferts non intégralement compensés comme tel est le cas pour les agents des lycées. Le Président du Conseil régional d’Auvergne rappelle que ce transfert n’est pas compensé totalement et que le manque à gagner porte sur 4,2 millions (l’équivalent de 7 % d’impôts). On ne peut pas critiquer l’augmentation des dépenses de fonctionnement et décider du transfert de plus de 1200 agents de l’état vers les Conseils régionaux comme tel est le cas en Auvergne.
 
 
Les auvergnates et les auvergnats ne doivent pas oublier que près de 80 % des investissements publics réalisés en France sont le fait des collectivités territoriales et non de l’état.
 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mieux connaître

Recherche

Articles Récents