Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 09:22

J’ai découvert avec stupéfaction l’article du 10 juillet dernier de « La Montagne » intitulé «  Alain MARLEIX veut le maintien de la compagnie de gendarmerie de Mauriac ».

 

Selon cet article, le Secrétaire d’Etat ne serait pas « en accord avec la réorganisation de la gendarmerie en Auvergne et notamment dans le Cantal » !

 

Lorsque l’on sait que la Ministre de l’Intérieur, de l’Outre Mer et des collectivités locales, Michèle ALLIOT-MARIE et son Secrétaire d’Etat Alain MARLEIX, sont à l’origine de la loi d’Orientation et de Programmation pour la Performance de la Sécurité Intérieure, dite LOPPSI, on ne peut qu’être surpris par de telles déclarations.

 

En effet, sauf à imaginer que Monsieur MARLEIX soit en « profond désaccord avec lui-même », je constate malheureusement une fois de plus que nos ministres auvergnats disent « blanc » à Paris, et « noir » sur nos territoires.

 

Cette démagogie éhontée devient insupportable !

 

Alain MARLEIX ne peut d’un côté dire « oui à Sarkozy » en vantant les 3 axes prioritaires de la LOPSSI lors de la séance de l’Assemblée Nationale du mardi 8 avril 2008 consacrée aux questions orales sans débat, et de l’autre manipuler et tromper l’opinion publique à des fins purement politiciennes, en condamnant la politique que l’on a soi-même soigneusement tricotée !

 

La vérité est pourtant très simple :

 

Dans le cadre de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP), la LOPPSI défendue par Monsieur MARLEIX prévoit notamment un plan de restructuration massive de l’ensemble des gendarmeries françaises.

 

Cette rationalisation annoncée du bloc « Police-Gendarmerie » entraînera d’ici à 2011 la suppression de 8000 à 10000 emplois dans la Police et la Gendarmerie, notamment dans les zones rurales, péri-urbaines et sensibles.

 

Même si certaines réformes de structures sont parfois effectivement nécessaires, je ne pourrai jamais me résoudre à voir fleurir chaque jour dans l’actualité les « cartes » d’organisation des services publics : carte judiciaire, carte scolaire, carte hospitalière ou encore carte militaire….

 

Cette réorganisation brutale, appliquée verticalement sans concertation et sans aucune logique territoriale relève du « déménagement du territoire » !

 

Réagissons maintenant et ensemble car sans une réponse citoyenne massive de chacune et chacun d’entre nous, la mort lente mais programmée des services publics locaux est assurée !

 

 

René SOUCHON

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mieux connaître

Recherche

Articles Récents