Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2006 4 04 /05 /mai /2006 13:36
Il y a deux mois que je n’ai pas écrit, par manque de temps. Aujourd’hui, à Bruxelles, je rencontre le Président de la Commission Européenne, le Portugais Barrozo, la Commissaire Européenne chargée de la politique de cohésion territoriale, Madame Hübner, puis les parlementaires européens français et, enfin, le Président du Comité des Régions, Michel Delebarre. Pour les interlocuteurs de la Commission, la France n’a pas pris conscience de son retard en matière d’innovation et de recherche de compétitivité. Les fonds européens, en forte diminution pour notre pays, devront être utilisés de 2007 à 2013 de façon très sélective, pour atteindre à plus efficacité. Ce constat sévère est très lourd de conséquences pour l’avenir à moyen terme. Concentrer les moyens financiers sur les pôles de compétitivité, pourquoi pas ? Mais il faut, en parallèle, que le gouvernement français garde les moyens d’une vraie politique d’aménagement du territoire : tel n’est pas le cas. Le gouvernement français, aussi, ne jure que par la compétitivité. En Auvergne, cette logique aboutirait à concentrer tous les moyens sur Clermont-Ferrand. Ceci est inacceptable. La recherche louable de compétitivité ne peut s’accompagner d’une fracture territoriale, elle-même source de fractures sociales. Déjà, le PIB des habitants du Massif Central est inférieur de 21 % à celui de la moyenne nationale et les revenus des Auvergnats sont de 15 % inférieurs à cette même moyenne. Cet écart est plus important encore à Aurillac, au Puy-en-Velay ou à Montluçon. Il est impératif que la Région Auvergne conserve des moyens financiers pour contribuer à rééquilibrer le territoire. Mais elle n’y parviendra pas seule. C’est là que l’archaïsme de nos institutions apparaît avec force. Les départements sont trop souvent des citadelles peu ouvertes aux vraies collaborations et soucieuses avant tout d’une gestion « politique ». Trop de départements veulent tout faire et de façon non sélective. Les exemples de gâchis d’argent public sont courants. D’un côté, l’Europe s’alarme de notre retard et nous invite à jouer l’innovation et la compétitivité. De l’autre, des réticences à de vrais partenariats pour un véritable aménagement du territoire butent sur des enjeux de pouvoir. Le monde court, nos territoires piétinent ! Jusqu’à quand ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

VACHERON Gérard 04/02/2007 12:15

"Les exemples de gâchis d’argent public sont courants" dites vous sur votre dernier message.
J'aimerai vous sensibiliser sur un fait lié aux formations programmées par la CCI de Clermont Ferrand. En effet, notre fils a suivi une formation de " diplôme supérieur en Logistique Industrielle" financée par la Région Auvergne.
A ce jour, notre fils et beaucoup de personne de cette promotion (2005) n'ont eu aucun débouché sur le secteur et pour cette qualification.......Nous voyons de plus, que cette formation perdure (et toujours financée me semble t'il  par la Région?) alors même qu'aucun effort de reclassement et aucun suivi n'est appliqué par la CCI.
Alors même où fleurissent  des propositions pour les jeunes habitants des zones dites sensibles, je souhaiterais que ne soient pas oubliés les jeunes provenant de la classe dite moyenne et qui connaissent eux aussi de gros problèmes de débouchés.

Teliber 23/05/2006 11:32

Même si je pense être plus libéral que vous, je viens de temps en temps sur votre blog, qui, à mon sens participe à la vie démocratique du pays. C'est vraiment dommage qu'il ne soit pas mis à jour plus régulièrement, d'autant plus que je juge vos réfléxions pertinentes, même si j'ai des opinions divergentes. Longue vie à votre blog !

Mieux connaître

Recherche

Articles Récents