Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 14:12

Permettez-moi tout d’abord d’adresser à chacun, au nom du Conseil régional d’Auvergne, des vœux de bonheur, de santé et de réussite.

 

Le contexte économique mondial n’est pas à la réjouissance en ce début d’année et nous nous interrogeons tous sur les transformations du monde dans lequel nous vivons. Le mot de crise est dans toutes les bouches, sur tous les écrans. Il désigne d’abord la débâcle financière d’un enthousiasme libéral qu’on avait tenté de nous vendre comme indépassable, c’est-à-dire obligatoire et positif. Mais cette crise là prépare une crise économique et sociale qui touche tout le monde : nations, régions, territoires et surtout, familles. Elle révèle aussi une crise morale, une crise des modèles, des repères.

 

Dans cette tourmente où les emplois deviennent de plus en plus précaires et le pouvoir d’achat fragile, nous ressentons tous le besoin d’une solidarité collective pour faire face aux coups.


Au cours des vingt dernières années, on a tellement laissé de place à la réussite individuelle, à la consommation permanente (y compris le dimanche !), à la compétition généralisée, que les questions de solidarité ne vont plus de soi ; on les retrouve aujourd’hui, plus actuelles que jamais.


Prenons l’exemple de l’Auvergne, elle est dynamique, volontaire, nous travaillons quotidiennement à imaginer des solutions pour faire exister les projets des différents territoires, nous achetons des nouveaux TER pour développer l’usage du train, nous aurons, avec l’aide des départements, couvert la totalité de l’Auvergne en haut débit numérique en mars prochain. Tous nos lycées sont progressivement rénovés et équipés d’espaces numériques de travail et à la rentrée 2009 le nouveau lycée spécialisé dans les métiers du bâtiment verra le jour à Riom.  Nous créons de nouvelles méthodes de formation pour mieux armer les salariés… bref, nous préparons l’avenir. Mais pour préparer son avenir, l’Auvergne a aussi besoin de la solidarité du pays, elle ne peut, avec ses seuls moyens tout régler.

 

La question du TGV vient immédiatement à l’esprit. Nous avons initié une pétition au printemps dernier qui a recueilli quelques 86 000 signatures et dont le seul but était de dire à Paris : il faut le TGV en Auvergne ! Or un seul kilomètre de ligne à grande vitesse coûte de 15 à 20 millions d’euros, donc sans solidarité nationale cette infrastructure n’est pas réalisable.


Je me rappelle les réunions des Assises territoriales en 2004 où les Auvergnats nous demandaient de privilégier un modèle de développement original, performant et respectueux des personnes, où la notion de qualité ne s’opposerait pas au développement mais, au contraire, le porterait.


Nous avons marqué des points en quatre ans et demi et la Région est fière d’avoir impulsé le mouvement dans des domaines aussi essentiels que l’éducation, la formation, le tourisme - Vulcania va bien maintenant - et les transports.

 

 

Beaucoup de progrès en faveur du développement durable, une exemplarité nationale sur les questions du numérique, au final, une image de l’Auvergne qui a changé, nos visiteurs le disent et surtout, c’est vous qui le dites.

 

Je forme le vœu d’une année constructive, sans polémiques inutiles, concentrée vers une réussite à long terme où chacun prendra ses responsabilités pour affirmer notre Auvergne qui progresse, au bénéfice de tous ses habitants et de tous ses territoires.


Très bonne et heureuse année !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mieux connaître

Recherche

Articles Récents