Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 11:33

En pleine rentrée des lycées, nous avons une nouvelle fois l’illustration du mépris avec lequel le gouvernement prend des décisions unilatérales, sans aucune concertation. La réforme des lycées prévoit en effet le remplacement des manuels scolaires en seconde : on voit bien le désordre qu’une telle mesure, non préparée, peut générer pour l’organisation d’une rentrée. Sans compter le fait que ces changements de manuels entraînent des surcoûts importants pour les familles : non seulement des élèves de seconde, qui doivent se procurer ces nouveaux ouvrages, mais aussi pour les élèves des classes de première, qui ne risquent pas de revendre leurs livres de l’an dernier !

 

Comme dans d’autres domaines, ce sont encore une fois les collectivités les plus proches des familles qui leur viennent en aide, à commencer par les Régions. Je suis heureux qu’avec mes collègues de l’Exécutif régional, nous ayons pris la décision en toute urgence de mettre en place des mesures exceptionnelles pour compenser les surcoûts engendrés par cette réforme. L’Auvergne a hissé la jeunesse au rang de grande cause régionale pour ce mandat qui démarre, et assume pleinement ce choix. La Région a mis en place la gratuité des manuels scolaires pour ses lycéens, nous n’allions pas rester les bras croisés et laisser les Auvergnates et les Auvergnats payer seuls cette nouvelle facture… Il faut bien que certains représentants du peuple tiennent leurs promesses : les élus progressistes de la majorité régionale font partie de ceux là !

 

Au nom de l’intérêt général, l’Exécutif régional a donc décidé de s’engager à combler intégralement le manque à gagner pour les élèves de 1re ne pouvant pas revendre leurs livres, en apportant 60 € supplémentaires aux familles concernées.

 

De même, les proviseurs seront appelés à mobiliser massivement les fonds sociaux des lycées, afin d’aider les familles des élèves de 2de les plus en difficulté. L’éducation est l’affaire de tous, il nous appartient d’offrir les meilleures conditions d’enseignement aux générations futures : c’est ce que nous faisons en Auvergne, envers et contre toutes les réformes des lycées votées au mépris du portefeuille des familles, dans un contexte économique et social déjà suffisamment morose pour que nous ne rajoutions pas « une couche », sur les épaules de nos concitoyens les moins aisés. Transmettre le savoir, donner les mêmes chances de s’en sortir à tous les jeunes n’est certainement pas un luxe : c’est un devoir, aux yeux de tous les gens responsables…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mieux connaître

Recherche

Articles Récents