Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 17:53

A l’occasion de la diffusion de l’émission « Capital » sur M6  dimanche 17 mars, un mauvais procès d’intention a été fait à la Région Auvergne sur le coût de sa politique en faveur du développement économique et de l’emploi.

 

Compte tenu du caractère totalement erroné des chiffres énoncés dans le reportage, je souhaitais préciser la réalité des montants votés en 2013 par les élus du Conseil régional d’Auvergne qui ont à cœur, au quotidien, de tout faire et de mobiliser tous les moyens disponibles pour faire avancer notre priorité : l’emploi.

 

Au sein de l’institution régionale, la Direction de l’économie et de l’attractivité de l’Auvergne qui a été présentée lors de l’émission est en effet en charge des aides à l’agriculture, des soutiens aux entreprises et à la filière bois, mais encore des politiques en faveur de l’innovation et du tourisme.

 

Au total, l’ensemble des crédits alloués au titre du budget 2013 atteignent 60, 839 millions d’euros répartis comme suit :

 

- Agriculture, 7 260 000 €

- Entreprises et filière bois 29 860 000 €

- Innovation 13 292 000 €

- Tourisme 10 427 000 €

 

Plus de 60 millions d’euros, alors que les chiffres avancés par la journaliste et par le Maire de Montluçon abordent seulement un petit bout de la politique régionale en parlant de 20 millions, soit trois fois moins que la réalité ! Pourquoi cette inexactitude ?

 

À ces 60 millions, s’ajoute notamment l’ensemble des sommes affectées directement aux créateurs d’entreprises via l’Agence Régionale du Développement des Territoires d’Auvergne.

 

En effet cet outil au service de l’attractivité du territoire consacre, en 2013, 1 230 000 € aux résidences d’entrepreneurs qui se sont d’ores et déjà traduites par la création de près de 1 000 emplois.

 

En outre, 150 000 € sont consacrés aux opérations de coaching numérique en direction d’entreprises d’Auvergne et, enfin, la cellule « accueil de salariés » permet des aides ciblées à hauteur de 163 000 €.

 

J’ajoute que ces chiffres ne valent que pour la collectivité régionale et ne tiennent pas compte de l’ensemble des aides aux entreprises versées par les Conseils généraux, ou encore la Communauté d’agglomération de Clermont-Ferrand, l’État et les Fonds Européens.

 

Bref, insinuer que l’ensemble des structures et collectivités ne déversent que 20 000 000 € par an est une ineptie qui mérite un rectificatif.

 

 

 

Lorsque la Région Auvergne fut sollicitée par l’équipe de Capital pour présenter ses dispositifs d’aides aux entreprises, j’ai considéré qu’il était important, afin que le grand public sache précisément ce que les élus font et dans quels buts ils agissent,  d’ouvrir largement les portes de la collectivité à l’équipe de télévision de M6. De nombreux chiffres, informations, ont été donnés. Les agents de la Région qui, au quotidien, sont au service des citoyens ont pris du temps sur leur travail pour accomplir cet exercice de transparence.

 

Tous ces efforts furent balayés et pas du tout pris en compte, tout comme les images tournées avec le Vice-Président en charge du développement économique de la Région Auvergne, Hamid Berkani. Pire, aucune réponse n’a pu être apportée au Maire de Montluçon malgré le caractère fantaisiste des chiffres avancés, signe que le reportage, loin de vouloir montrer comment fonctionne une institution et comment elle agit en faveur du développement économique n’avait qu’un seul but, facile et presque populiste, surfer sur le thème du gaspillage de l’argent public sans pour autant s’attacher à ce qui doit être la déontologie de tout journaliste, l’exactitude des faits et des chiffres.

 

Dernier exemple d’un parti pris peu honnête, l’entreprise située dans la Communauté d’agglomération du bassin de Montluçon et qui faisait état dans le reportage de difficultés à percevoir des aides, a fait l’objet d’un soutien de la Région pour un montant de 401.224 € au titre du Fonds régional d’ancrage aux entreprises et de 1 089 000 € au titre du FEDER, ces dernières années. Contrairement à ce qui a été avancé, les agents de la Région Auvergne ont su faire preuve de réactivité vis-à-vis de cette entreprise et de ses besoins !

 

Informer les citoyens est un des métiers les plus nobles, dommage que le fact-checking, si à la mode dans les médias envers les responsables institutionnels et politiques ne s’applique pas dans les deux sens !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mieux connaître

Recherche

Articles Récents