Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 11:36

La rentrée de septembre est là, et beaucoup de Françaises et de Français retrouvent leur activité professionnelle, mais je pense aussi, en cette période, à toutes celles et ceux qui sont sans emploi. Depuis deux ans, le nombre de destructions d’emplois dans notre pays a été particulièrement élevé, c’est bien là la conséquence directe la plus dramatique de la crise. Le gouvernement a échoué à trouver des solutions pour tous, et le Président de la République a connu une chute de sa cote de popularité depuis son élection.

 

Dans ce contexte, à quoi a-t-on assisté en août ? Non pas à un quelconque mea culpa, mais au contraire à la recherche de boucs émissaires. L’expulsion des Roms et la manière dont leur communauté a été stigmatisée, jetée en pâture à la vindicte populaire comme étant la cause de tous nos malheurs, ne sont pas acceptables. Impuissants à redonner de l’espoir à la France, inefficaces pour relancer la machine économique, Nicolas Sarkozy et son gouvernement tombent dans un travers facile qui consiste à désigner des boucs émissaires, des « coupables », à monter les uns contre les autres, à diviser l’opinion, à aiguiser les peurs et les haines. Voilà une recette ni nouvelle, ni constructive…

 

Pour faire oublier les affaires Woerth et Bettencourt dans lequel il s’est englué au début de l’été, le gouvernement a orchestré cette nouvelle offensive sécuritaire avec virulence, sans considération pour la dignité humaine, sans respect. C’est un tollé : la gauche l’a bien sûr dénoncé, mais une partie de la droite et l’Église elle-même ont clairement pris position contre cette façon d’agir. Le plus triste, et il suffit de faire un tour d’horizon de la presse étrangère pour s’en convaincre, c’est que la France se distingue ainsi de la pire manière qui soit sur le plan international. L’image que la politique d’immigration française renvoie actuellement, ce n’est pas l’image d’une grande nation fière de la devise « Liberté, Égalité, Fraternité » gravée sur le fronton de ses mairies, ce n’est pas l’image de la France pays des Droits de l’Homme.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mieux connaître

Recherche

Articles Récents