Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 11:01

Au terme de 4 mois de débat public sur la question de la future ligne à grande vitesse Paris – Orléans – Clermont – Lyon, la semaine dernière se sont déroulées deux réunions de synthèse, une à Clermont-Ferrand, une à Orléans.

 

Dans ce débat, 4 scénarios avaient été soumis à la réflexion et à l’échange.  4 scénarios qui n’ont pas le même impact pour Clermont-Ferrand notre capitale régionale, ni pour l’Auvergne et l’avenir de TOUS nos territoires.

 

Pour ne pas voir le TGV passer à côté de l’Auvergne, la Région, forte du soutien de motions et délibérations de 250 collectivités, forte du soutien de plus de 41.000 foyers qui ont renvoyé une pétition ; s’est prononcée pour tracé le plus à l’ouest et le plus au sud possible.

 

Beaucoup ont essayé de faire croire qu’un scénario en Auvergne était impossible, qu’il fallait se contenter d’être raisonnable et de voir le TGV pointer le bout de son nez à 140km de Clermont-Ferrand ! Mais comme le disait Camus, à certains moments de l’histoire, l’impossible devient nécessaire.

 

La Région Auvergne a besoin d’un scénario qui irrigue pleinement son territoire, et surtout d’une gare nouvelle dans l’Allier qui sera le point d’interconnexion entre les trajets nord – sud vers Paris et est – ouest vers Lyon et, demain la façade atlantique.

 

La Région Auvergne a également mis comme impératif une préservation absolue du patrimoine naturel que nous léguerons à nos jeunes : la forêt de Tronçais, le vignoble de Saint-Pourçain entre autres.

 

Ainsi, fédératrice par vocation, dès le mois de décembre, sur mon initiative la Région a proposé l’étude d’un 5ème scénario et je me réjouis qu’au terme du débat public, Réseau Ferré de France, dans ses premières analyses, retienne cette idée comme celle qui devrait faire consensus. 

 

La décision finale de RFF sera connue en juin 2012 et, si elle confirme ce 5ème scénario, des études complémentaires auront lieu pour ensuite lancer la phase « d’enquête d’utilité publique ». C’est une première victoire qui appelle responsabilité et dialogue, mais surtout une vigilance de tous les instants. Depuis désormais 4 ans et demi, c’est ce à quoi je m’emploie pour faire entendre la voix de l’Auvergne, pour faire gagner notre Région. 

 

L’enjeu est majeur et de nouveau, je remercie toutes celles et ceux qui ont contribué au débat, signé des pétitions, alerté, expliqué, bref ; toutes celles et ceux qui ont défendu la cause de l’Auvergne dans cette formidable chaîne de solidarité en faveur de l’avenir de notre territoire dont chacun est un maillon essentiel.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mieux connaître

Recherche

Articles Récents