Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 14:05

 

L’opposition régionale, depuis plusieurs semaines, annonce notamment lors de conférences de presse que depuis notre arrivée aux commandes nous avons perçu 170 millions de recettes supplémentaires qui auraient été dilapidées en frais de personnel, de communication ou même qui auraient disparu.


Lors de la session du 18 novembre dernier j’ai souhaité rétablir quelques vérités et démontré que cet argent a été utile au développement de notre région.


Ces 170 millions ont été soit investis pour renforcer des programmes existants soit utilisés pour de nouveaux programmes entre 2005 et 2008 :

+ 58,8 millions pour l’éducation (rénovation des lycées, gratuité des manuels scolaires et du 1er équipement, déploiement des ENT, forfait d’externat. L’effort en faveur de l’éducation est une réalité).

+ 34 millions en faveur des transports (la priorité à ce secteur s’affirme ainsi).

+ 18,7 millions pour les TIC (qui permettent à l’Auvergne de faire la course en tête).

+ 6 millions en faveur de la requalification urbaine.

+ 9 millions de FRADTTpour l’aménagement du territoire + 21,6 millions  pour Vulcania II (dont on mesure aujourd’hui toute la pertinence).

+ 12,34 millions au titre des non compensations de transfert.

+ 5,68 millions de perte de DGF de péréquation.


Soit au total 166,12 millions, sans prise en compte de l’inflation !


La droite locale, loin  de constituer une opposition crédible, s’égare dans le petit jeu de la caricature stérile. Elle nous réclame de grands projets sans être capable bien sûr d’en proposer un, peut-être faudrait-il pour la satisfaire construire un 2ème Zénith et un 2ème Vulcania au détriment de nos lycées, de nos transports, de l’aménagement du territoire !


Rappelons en effet que la Région soutient aujourd’hui financièrement 1 296 projets de développement répartis sur la totalité des communautés d’agglomérations ou de communes de l’Auvergne !


Le FRADDT (Fond Régional d’Aménagement et de Développement Durable des Territoires) a permis de majorer de 9 millions les sommes consacrées à des projets par rapport à la période antérieure.

Repost 0
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 12:25

Pour un ancrage à gauche du Parti Socialiste

 

Présent à Reims à l’occasion du congrès national du Parti Socialiste, j’ai assisté avec mes camarades du Puy de Dôme à un véritable débat sur la future orientation de notre parti. Deux lignes politiques sont proposées et il appartient désormais aux militants de choisir.

 

Face à l’approche sociétale préconisée par Ségolène Royal, Martine Aubry et Benoît Hamon défendent un ancrage à gauche et proposent une orientation et des mesures fortes pour reconquérir notre électorat grâce à de futures réformes économiques et sociales.

 

La question des alliances avec le centre est également une différence réelle et sensible. Je suis pour ma part opposé à une telle démarche qui n’aurait pour conséquence que de brouiller notre message et de favoriser l’émergence d’un pôle centriste. Le seul objectif de celui-ci est de nous dépasser lors du 1er tour de la prochaine élection présidentielle. J’invite les militants socialistes à se rassembler autour de la candidature de Martine Aubry pour changer la France et celle de Pierre Danel, candidat de la motion D, soutenu par la motion A (Delanoë) pour le poste de 1er Secrétaire de la Fédération du Puy de Dôme.

 

Je compte sur votre soutien.

René SOUCHON

Repost 0
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 11:55

Déplacement en Haute-Loire

 

IMG_0312      IMG_0318    IMG_0321

 

René Souchon s'est rendu à Saugues en Haute-Loire vendredi 24 octobre dernier, accompagné des Vice-Présidentes Elizabeth Thévenon-Durantin et Arlette Anaurd-Landau.

A cette occasion, ils ont :

- visité le marché aux ovins de Saugues,

- rencontré les responsables de l'APIV de Haute Loire,

- visité l'entreprise Borde à Saugues,

- et enfin visité une exploitation agricole à Saint Vénérand, où une rencontre avec la confédération paysanne de Haute Loire avait été organisée.

Repost 0
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 17:25

Crise financière internationale, menaces sur l'emploi et récession économique, l'actualité occulte totalement les débats, pourtant riches, qui se déroulent actuellement au sein du parti socialiste dans le cadre de son congrès 2008. 

Ce sont en effet actuellement plus d'une cinquantaine de réunions qui sont organisées sur l'ensemble du département du Puy-de-Dôme dans le cadre de la présentation des différentes motions. 

Le manque de médiatisation est d'autant plus regrettable que différents textes d'orientation, pourtant rédigés avant l'extension de la crise dressent une analyse pertinente des travers d'une économie libérale en mal de régulation. 

La motion que je soutiens, conduite par Martine Aubry, prône des mesures fortes avec notamment la création d'un fonds souverain France pour protéger l'industrie et nos emplois, un encadrement strict des rémunérations des dirigeants d'entreprises est prévu (et la suppression des stock-options), de même que la mise en place d'agences de notation indépendantes ou des éléments concrets pour la relance du pouvoir d'achat et la construction européenne. 

Ce congrès de refondation est primordial pour la gauche en France et pour changer la France. Plus que jamais, les socialistes doivent proposer une alternative au libéralisme prôné par Nicolas Sarkozy, en dépit de ses dernières déclarations qui ne trompent personne. « Travailler plus pour gagner plus » disait-il durant la campagne des présidentielles. 

Les français ont aujourd'hui moins de travail, moins de pouvoir d'achat et moins de services publics. Des raisons supplémentaires de s'inquiéter et de souhaiter un congrès de reconstruction sur la base d'une nouvelle orientation économique et sociale. 

Pour peu que les journalistes nationaux souhaitent s'y intéresser au delà des petites phrases et des enjeux de personnes.

 

Repost 0
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 11:52

Subprimes, titrisation, taux directeurs en plein cœur d’un « 11 septembre » ou d’un « tsunami » de la finance.

 

Dans ce tourbillon sémantique, le citoyen a toutes les raisons de se trouver décontenancé, désoeuvré et évidemment inquiet de l’évolution de la crise.

 

La place de l’État dans les circuits financiers et économiques revient alors au goût du jour. Le plan Paulson, la nationalisation partielle de 8 banques britanniques, la réaction des États européens, les thèses néo-libérales ont bel et bien du plomb dans l’aile et l’interventionnisme étatique revient sur le devant de la scène politique.

 

A tel point que les thuriféraires du laisser-faire laisser-aller – Nicolas Sarkozy en tête - adoptent aujourd’hui une posture de circonstance face à la crise. Reconnaître les vertus de l’intervention de l’État après avoir voué aux gémonies les partisans d’une régulation qualifiée d’archaïque, tout cela semble cependant un peu léger pour redonner confiance durablement.

 

Comment voulez-vous en effet avoir confiance en un système qui a permis à ses privilégiés, ses intouchables, d’empocher plus de 100 milliards de dollars l’an passé et de voir cette année éponger leurs pertes par les contribuables.

 

Je suis partisan d’une modification du système dans la durée et en profondeur : avec davantage de points de contrôle, une vision qui couvre le financier, l’économique et le social d’une manière globale, une vision qui prône le changement, le changement à gauche.

 

La confiance ne pourra être rétablie durablement qu’à cette condition.

Repost 0
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 10:58

L'exécutif régional en déplacement à Prémilhat (Allier)


photos 13 oct 08 (34)
    photos 13 oct 08 (10)    photos 13 oct 08 (7)     

 

Lundi 13 octobre 2008, René Souchon et les Vice-Présidents du Conseil régional d'Auvergne se sont rendus dans la commune de Prémilhat dans l'Allier.

Bernard Pozzoli, Maire de Prémilhat, les a accueillis à la Mairie.

Au programme de la journée, réunion de travail décentralisée pour l'exécutif régional et conférence de presse.

A cette occasion, René Souchon et ses Vice-Présidents ont fait le point sur la politique régionale en matière d'aménagement du territoire et ont également abordé les contrats de territoire et le désenclavement ferroviaire.

 

 

 

 

Repost 0
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 10:39


Une Politique agricole commune plus efficace et plus équitable grâce à la régionalisation !



La crise financière actuelle a quelque peu occultée la crise alimentaire mondiale, toutefois il est urgent, alors que le XXIème siècle s’ouvre sur la réapparition d’émeutes de la faim, de produire plus et mieux. Comme le disait Léon Blum, « 
toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté doit commencer par leur garantir l’existence ».

A l’instar de la sphère financière, le secteur alimentaire ne peut seul être régulé par la spéculation et la soi-disant « main invisible » des marchés.  Mais si la régulation et l’intervention publique sont nécessaires, ces leviers doivent être actionnés le plus efficacement possible et la politique agricole commune, n’échappe pas à cette règle !

80% des aides de la PAC sont attribuées à 20% des exploitations en France, délaissant des secteurs soit en difficultés comme l’élevage ovin, le maraîchage, l’agriculture hors-sol, ou très jeunes comme le bio. Il est donc urgent de réinventer la PAC sans la remettre en cause, de la réorienter dans l’intérêt des agriculteurs et des consommateurs pour qu’un euro dépensé soit un euro utile !

Jeudi dernier à Clermont-Ferrand, j’ai accueilli avec mes collègues Adrien Zeller (Président UMP de la région Alsace) et Alain Rousset (Président PS de la région Aquitaine), le premier séminaire sur le rôle des régions et l’avenir de la politique agricole commune. Plus de 400 acteurs du monde agricole étaient là, ainsi que Mariann Fischer Boel, Commissaire européenne à l’agriculture et au développement rural, et Michel Barnier, Ministre de l’agriculture et de la pêche.

Parce que les conseils régionaux français interviennent de plus en plus dans les politiques agricoles (en Auvergne, le budget régional 2008 pour l’agriculture s’élève à près de 11 millions d’euros), les régions ne peuvent être tenues à l’écart plus longtemps de ce débat majeur pour l’avenir, le développement et l’aménagement des territoires.

En outre, alors que le désengagement de l’Etat se fait de plus en plus sentir au fil des ans ( - 96 millions d’euros pour le budget 2008 ; soit une baisse de 1,5% des crédits gouvernementaux), les collectivités sont de plus en plus appelées par la profession à suppléer l’Etat.  

Dans ce contexte, et à l’occasion de la Présidence française de l’U.E, j’ai coordonné les travaux de la commission agricole de l’ARF qui ont aboutit à des propositions très concrètes  des Régions sur l’avenir de la PAC :
POSITION_ARF_PAC_25_SEPTEMBRE_2008.pdf POSITION_ARF_PAC_25_SEPTEMBRE_2008.pdf.

Cette politique doit être réformée pour mieux répondre à l’élargissement de l’Union européenne et s’adapter aux enjeux de l’agriculture de demain.

Lors de cette journée de travail, j’ai fait part au Ministre des propositions des Régions d’une PAC plus efficace et plus équitable grâce à une mutualisation et une régionalisation, dès 2010, des aides attribuées à la France au titre du premier pilier (8,5 milliards d’€).

 
En effet, aujourd’hui, les aides sont attribuées au niveau national, sans souplesse ni réactivité face aux crises multiples qui peuvent toucher le milieu agricole. Dès lors, est-il normal d’aider les céréaliers alors que le cours des céréales augmente et de ne pas aider les éleveurs ovins ? Est-il normal d’aider les filières et les agriculteurs sans tenir compte des spécificités des territoires et notamment les handicaps des systèmes agricoles de montagne par exemple ?


Réformer la PAC pour lui redonner une légitimité, c’est tout l’enjeu de la Présidence française de l’Union européenne. Les Régions peuvent être un partenaire dans ce formidable défi comme c’est déjà le cas dans d’autres pays d’Europe. Il s’agit d’être inventif et novateur, de ne pas céder à l’immobilisme. « La où manque l’imagination, les peuples périssent » disait Jean Monnet ! Il est plus que temps de remettre l’imagination au pouvoir en Europe !

Repost 0
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 12:11
René SOUCHON est l'invité de l' émission "la voix est libre" qui sera diffusée sur France 3 Auvergne ce samedi 27 septembre à 11h30
Repost 0
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 10:44

J’écrivais voici quelques jours, quelques lignes sur le prochain congrès du Parti Socialiste en insistant sur la nécessité de connaître « un nouvel Epinay », en référence à ce congrès fondateur de 1971 qui avait précédé les victoires lors des élections présidentielles de 1981 et de 1988.

 

Le contexte politique et la motion soutenue par les reconstructeurs présentée par Martine AUBRY ne sont pas sans rappeler certaines similitudes avec cette période de l’histoire du Parti Socialiste. Notre parti doit avant toute chose se concentrer sur l’élaboration d’un projet ambitieux et crédible sur le plan économique et social. J’observe d’ailleurs que ce fut sous la houlette de Martine AUBRY, alors ministre du travail et de l’emploi, que la gauche avait su déployer un vaste plan pour l’emploi avec la mise en place des 35 heures et la création de 350 000 emplois jeunes. C’est d’ailleurs grâce à ces mesures fortes que la gauche l’avait emporté en 1997, pour ce qui reste notre dernière victoire lors d’élections nationales.

 

C’est donc plein d’espoir que j’aborde ce congrès qui doit rassembler les socialistes autour de valeurs communes, au service d’un projet économique, social et sociétal  tout en restant fidèle à une ligne politique claire et de gauche. Je souhaite un congrès de reconstruction et non une désignation anticipée et prématurée d’un(e) candidat(e) à la présidence de la république.

 

Entre le centre droit et l’anticapitalisme, il y a le socialisme. Je souhaite que ce congrès nous permette de reconstruire à Gauche et que nous puissions redonner espoir à un électorat qui s’est progressivement éloigné de notre parti lors des dernières élections nationales. J’invite les militants socialistes d’auvergne, et plus particulièrement ceux de la fédération du Puy de Dôme au sein de laquelle je milite désormais, et tous ceux qui se reconnaîtront dans les propositions de cette motion à faire le choix de la reconstruction pour préparer au mieux les échéances nationales à venir.

 

La reconstruction est en marche. C’est avec beaucoup d’enthousiasme et de motivation que j’aborde ce moment de débat démocratique interne à l’occasion du congrès de Reims.

Repost 0
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 11:05

Il faut enfin tirer les leçons de nos échecs aux élections présidentielles. Nous gagnons les élections locales et nous perdons les élections essentielles : présidentielles et législatives. Pourquoi ?

 

Parce que nous restons sur les schémas du passé et les solutions d’hier.

Le monde a changé, le libéralisme est à bout de souffle, nos solutions traditionnelles aussi.

L’« État Providence » né d’un consensus en 1945 est mort.

Avec Nicolas SARKOSY, il n’est plus question de répartir ni l’effort, ni la richesse, il gouverne pour les riches et uniquement pour les riches.

 

L’exemple du RSA est très significatif, cette « idée excellente » est mise en œuvre en demandant aux classes moyennes, et souvent aux plus modestes,de prélever 1,1% de plus sur les revenus de leurs patrimoine.

12 millions de français dont 40% d’employés et d’ouvriers titulaires d’une assurance vie vont être taxés. Mais les 30 000 foyers les plus riches vont être épargnés parce qu’ils sont protégés par le bouclier fiscal voté en 2007 qui fait que l’on ne peut pas prélever plus de 50% des revenus d’un ménage ! (15 milliards de cadeaux aux riches en 2007, 1.5 milliard prélevé sur les français moyens en 2009 !)

 

Face à cette situation, nous devons réagir et proposer un vrai rééquilibrage des efforts entre revenu du capital et revenu du travail.

 

Je crains beaucoup le social-libéralisme invoqué par certain.  Le terme me déplait.

Le socialisme doit se renouveler avec le souci de l’équité, de la justice sociale, ce qui n’exclut pas la modernisation de la société.

 

Oui, il y a des lourdeurs ! oui, le service public doit être repensé ! (ce que nous faisons au Conseil régional avec les points visio-publics est exemplaire).

 

Je crois à la  nécessité des partenariats publics/privés et à une réforme de la formation professionnelle qui accorde à chacun au début de sa vie, un crédit d’étude utilisable tout au long de la carrière.

 

Je crois aussi  que la modernité et l’efficacité passent par une réforme des collectivités territoriales. La réforme en cours des politiques publiques, ne peut pas se faire sans des collectivités aux compétences claires, aux ressources suffisantes, il y va aussi du renouveau de la démocratie, car  les Français ne comprennent plus rien à la complexité du fonctionnement de nos institutions, ce qui les détourne totalement d’une participation au débat public.

 

Oui, le Parti socialiste est à la croisée des chemins, j’ai le sentiment de me retrouver dans la même période qu’en  1969/1971 avec le déclin de la S.F.I.O et le congrès d’Epinay qui a permis au Parti socialiste de se renouveler et de nous conduire à la victoire en 1981.

 

Nous n’avons pas le droit de manquer cette échéance du Congrès de Reims.



Repost 0

Mieux connaître

Recherche

Articles Récents