Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 10:13


Rien de plus désespérant pour un militant socialiste que de voir les articles de presse concernant la préparation du futur congrès.

En particulier, la façon dont l’Université du PS de la Rochelle a été relatée est une caricature. J’ai vu des élus et des militants studieux à tel point qu’il était impossible d’entrer dans certains ateliers parce que la salle était trop petite.

Qu’en marge de l’Université, les leaders se soient rencontrés pour échanger sur les stratégies, quoi de plus normal ? Ces Universités de fin d’été sont propices à la réflexion et à la prise de recul.
 

Je suis, pour ma part, revenu en Auvergne avec des convictions fortes.

Premièrement, nous vivons une crise mondiale du libéralisme sans précédent (crise financière, environnementale, sociale, agricole ect..)


Deuxièmement, la France dans ce contexte est déclassée , en perte de vitesse, elle perd régulièrement des places sur l’échiquier mondial (crise de l’investissement, de l’innovation, record du déficit commercial, diplomatie erratique etc…)


Troisièmement, les inégalités entre les hommes et les territoires s’accroissent sans cesse. C’est vrai à l’échelle mondiale, c’est vrai en France.


Quatrièmement, pour faire face à cette situation, nous devons :

- bâtir un nouvel ordre mondial avec des institutions solides, un nouvel accord monétaire remplaçant celui de Bretton Woods pour fixer les parités monétaires, la réforme du G8 est également indispensable ;

- construire une Europe forte passant par une Europe politique qui prenne ses décisions à la majorité et non plus à l’unanimité ;

- donner à l’Europe l’autorisation d’emprunter pour lancer un vaste programme de coopération avec les pays en voie de développement et de grands travaux d’infrastructures en Europe (TGV, routes, canaux, nouvelles énergies ect…) ;

- proposer aux français un pacte de confiance permettant simultanément de rétablir l’équilibre des comptes publics et de mieux répartir les efforts entre le capital et le travail.


Ma conviction est que le Parti socialiste ne pourra pas proposer les solutions que les Français attendent avec les mêmes responsables et le même mode de fonctionnement.

Nous devons élaborer collectivement un projet ambitieux, socialement juste, écologiquement équilibré et qui soit une alternative au libéralisme débridé qui accroît toutes les inégalités.

Avec Nicolas SARKOZY et François FILLON, un seul mode d’ordre : « tout pour les riches ».

Il faut une véritable rupture et pour cela des hommes et des femmes animés d’une volonté d’innovation et acceptant le travail collectif.


Repost 0
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 14:18

Chèvres tuées, menaces de mort, ce que vit actuellement l’exploitant agricole Jean-Hugues Bourgeois dans sa commune de Teilhet dans le Puy-de-Dôme est tout à fait édifiant et ne peut que m’indigner.

 

Je voudrais tout d’abord faire part à Mr Bourgeois ainsi qu’à toute sa famille de ma totale solidarité compte tenu des menaces dont il fait l’objet.

 

Je souhaite bien sûr que les enquêtes en cours puissent aboutir et que toute la lumière soit faite sur cette douloureuse affaire.

 

Ce fait divers qui a fait l’objet d’un article dans l’édition du journal Le Monde du mercredi 3 septembre 2008, m’affecte profondément.  

 

Il est d’autant plus choquant que l’Auvergne, pour faire face au déclin démographique, est bien devenue depuis plusieurs années une terre d’accueil de nouvelles populations.

 

Cela s’est traduit par la création de l’Agence régionale de développement des territoires d’Auvergne (ARDTA), laquelle a mis en place de nombreux dispositifs efficaces pour attirer de nouvelles populations et qui accompagne plus de 300 candidats à l’installation chaque année.

 

Cela passe également par des campagnes de communication de qualité qui ont d’ailleurs obtenues des prix nationaux.

 

Ce fait divers qui aurait pu se produire sur n’importe quel territoire est malheureusement une contre publicité malvenue qui doit nous inciter à redoubler d’efforts. Nous savons que l’accueil en Auvergne est une entreprise de longue haleine. Mais cet objectif doit être poursuivi avec force et détermination. Alors que l’Auvergne accueillait en juin dernier la seconde université européenne de l’accueil de nouvelles populations avec la participation de 800 professionnels et d’élus venus de toute la France et de nombreux pays d’Europe, je veux rappeler que l’avenir de notre région et son dynamisme passeront inévitablement par la qualité de notre accueil.

 

Jean-Hugues Bourgeois a tout mon soutien. Il a également celui des auvergnates et des auvergnats.

Repost 0
28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 14:14


René SOUCHON interpelle Roseline BACHELOT et Xavier BERTRAND sur les transferts non compensés des formations sanitaires et sociales.

 

A l’instar d’un certain nombre de régions, l’Auvergne doit faire face à une accentuation du vieillissement de sa population.

 

Même si nous parvenons à atteindre les objectifs démographiques de notre SRADDT en cours d’élaboration, le nombre de d’Auvergnat(e)s  de plus de 80 ans connaîtra une évolution de + 50,9% entre 2005 et 2030 et le nombre de personnes de plus de 60 ans de + 40,9% sur la même période.

 

Cela se traduit par une hausse constante des besoins en matière de soins et d’accompagnement social donc par une montée en puissance des métiers du « Sanitaire et Social ».

 

En Auvergne, on constate une augmentation régulière du nombre d’étudiants dans les formations qui nous incombent depuis la Loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales.

 

Entre 2004 et 2008, le nombre d’étudiants en Ecole d’ Aide-soignant (e) est ainsi passé de 409 à 464, et de 461 à 610 pour les Ecoles d’infirmier(e)s.

 

Conscients de cette nouvelle donne et de la nécessité d’anticiper les réformes en cours, nous avons mis en place de nouvelles politiques pour permettre sur le long terme, l’accès de tous les Auvergnat(e)s à un service de soins de qualité, sur l’ensemble des territoires.

 

Je pense notamment à notre politique de financement des Maisons de Santé pluridisciplinaires.

 

Je pourrai également évoquer notre dispositif de bourses régionales que nous attribuons après sélection aux internes en médecine qui s’engagent à effectuer leur stage en milieu rural.

 

Depuis le 1er Janvier 2005 et en application de la loi du 13 août 2004, l’Etat a transféré les formations sanitaires et sociales aux Régions et plus précisément :

 

-          la définition et la mise en œuvre de la politique de formation des travailleurs sociaux ;

 

-          l’adoption du Schéma Régional des Formations Sanitaires,

 

-          la responsabilité de délivrer des agréments pour les établissements dispensant des formations et d’assurer leur financement, l’attribution d’aides financières aux élèves ou étudiants.

 

Malheureusement, nous ne disposons pas des moyens nécessaires pour assumer ces nouvelles compétences.

 

En matière de fonctionnement tout d’abord, la différence entre le coût effectif du transfert des formations sanitaires et sociales et la dotation attribuée par l’Etat à la Région Auvergne s’élève à 5,8M€.

 

Le besoin total en fonctionnement des établissements sanitaires et sociaux évalué par l’ARH, KPMG et l’IGAS s’élèvent en effet à 19,11M€ mais la dotation de l’Etat pour le fonctionnement des écoles sanitaires, s’élève depuis 2005 (enveloppe fixe) à 9,91 M€ et à 3,34M€ pour le fonctionnement des écoles sociales soit 13,25M, soit un « gap financier » de 5,8M€.

 

Ce manque à gagner considérable pour la Région Auvergne, s’explique par trois raisons principales :

 

- Le premier écart réside dans le débasage opéré les années 2005, 2006 et 2007 : l’ARH a en effet débasé 11 628 411€ aux établissements hospitaliers, propriétaires de la plupart des bâtiments des instituts de formation sanitaires, mais ne nous a finalement transféré que 9,9M€ soit un différentiel de 1,7M€.

 

- Le deuxième écart réside dans le fait que les charges réelles des établissements n’ont pas été prises en compte dans le calcul du débasage, soit un différentiel de 2,5M€.

 

- Le troisième écart réside dans les coûts engendrés par l’augmentation des quotas d’étudiants, fixés par l’Etat juste avant 2005 et l’allongement des durées des formations, également décidé par l’Etat qui s’élèvent à 1,6M€ ( 1M€ pour les formations sanitaires et 0,6 M€ pour les formations sociales)

 

En l’état actuel des choses, La Région Auvergne n’a pas d’autres possibilités que de financer le coût de fonctionnement des Ecoles à l’€ prés pour un coût de 13,2M€.

 

En matière d’équipement ensuite, la situation des établissements de formations sanitaire et sociale est extrêmement préoccupante.

 

Les besoins s’élèveraient à 500 000€/an pendant 7 ans pour rétablir la mise aux normes de sécurité des bâtiments soit 3,5M€ mais le vide juridique persiste en matière de responsabilités

 

En tout état de cause, le rapport de KPMG commandé dans le cadre de l’élaboration de notre Schéma des Formations Sanitaires et Sociales pointe notamment :

 

-          de graves problèmes de sécurité et de vétusté (certains Instituts pourraient être obligés de fermer par la Commission de sécurité).

 

-          des disparités entre les différentes écoles dans les conditions d’accueil des élèves et étudiants (locaux, équipements nécessaires aux formations, TIC…)

 

-          des capacités d’accueil des locaux saturées ne permettant pas d’augmenter le nombre d’élèves ou étudiants.

 

-          Un manque d’équipement informatique principalement dans les Instituts de Formations d’Aide-Soignant alors que l’on s’achemine vers une généralisation du dossier médical informatisé et que l’initiation « informatique » fait partie des référentiels de formation.

 

 

Au-delà du problème essentiel de la non compensation financière des transferts par l’Etat et de son refus de financer les investissements, se pose donc la question essentielle de la clarification des rôles et des responsabilités juridiques de chacun.

 

Aussi, le vendredi 25 juillet 2008, j’ai adressé un courrier à Madame Roseline BACHELOT, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative d’une part et à Monsieur Xavier BERTRAND, Ministre du Travail, des Relations Sociales, de la Famille et de la Solidarité d’autre part en leur demandant de bien vouloir m’accorder une audience pour évoquer avec eux cette problématique et entrevoir les perspectives d’amélioration de cette situation.

 

Je ne manquerai pas de vous tenir informés des suites qu’ils réserveront à ma requête.

 

A très bientôt.

 

René SOUCHON

 

Repost 0
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 09:25

Le chef de l’Etat a présenté hier le rapport de la commission Copé « pour la nouvelle télévision publique ».


René Souchon, Président du Conseil régional d’Auvergne s’inquiète des conséquences inévitables qu’engendreront ces mesures, en particulier sur la télévision régionale.


Le Président de la République a en effet annoncé la suppression progressive de la publicité sur les chaînes publiques et la nomination en Conseil des ministres du président du Groupe France Télévision. Ce passage sous contrôle direct par l’Etat met à mal 25 ans d’émancipation, d’évolution et d’indépendance éditoriale de la télévision publique.


Plus localement, l’avenir de France 3 est préoccupant. La réorganisation de la chaîne préférée des Français prévoit la création de sept pôles de gestion administratives contre treize aujourd’hui existants.


Si le Président de la République assure qu’il n’y aura aucune incidence sur l’emploi, le financement laisse présager le contraire. La suppression partielle de la publicité à partir du 1er janvier 2009 permettra peut-être au groupe de survivre mais sa suppression totale en 2011 risque de toucher de près celles et ceux qui - au quotidien - font vivre une télévision de service public de qualité dans les régions et stations locales présentes dans chaque département d’Auvergne.


Le Président du Conseil régional rappelle, à l’instar de l’ensemble des Auvergnates et Auvergnats, son attachement à France 3 Auvergne, chaîne de proximité et de qualité,  et plus largement à la pluralité et à l’indépendance des media.

 

Repost 0
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 09:22

J’ai découvert avec stupéfaction l’article du 10 juillet dernier de « La Montagne » intitulé «  Alain MARLEIX veut le maintien de la compagnie de gendarmerie de Mauriac ».

 

Selon cet article, le Secrétaire d’Etat ne serait pas « en accord avec la réorganisation de la gendarmerie en Auvergne et notamment dans le Cantal » !

 

Lorsque l’on sait que la Ministre de l’Intérieur, de l’Outre Mer et des collectivités locales, Michèle ALLIOT-MARIE et son Secrétaire d’Etat Alain MARLEIX, sont à l’origine de la loi d’Orientation et de Programmation pour la Performance de la Sécurité Intérieure, dite LOPPSI, on ne peut qu’être surpris par de telles déclarations.

 

En effet, sauf à imaginer que Monsieur MARLEIX soit en « profond désaccord avec lui-même », je constate malheureusement une fois de plus que nos ministres auvergnats disent « blanc » à Paris, et « noir » sur nos territoires.

 

Cette démagogie éhontée devient insupportable !

 

Alain MARLEIX ne peut d’un côté dire « oui à Sarkozy » en vantant les 3 axes prioritaires de la LOPSSI lors de la séance de l’Assemblée Nationale du mardi 8 avril 2008 consacrée aux questions orales sans débat, et de l’autre manipuler et tromper l’opinion publique à des fins purement politiciennes, en condamnant la politique que l’on a soi-même soigneusement tricotée !

 

La vérité est pourtant très simple :

 

Dans le cadre de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP), la LOPPSI défendue par Monsieur MARLEIX prévoit notamment un plan de restructuration massive de l’ensemble des gendarmeries françaises.

 

Cette rationalisation annoncée du bloc « Police-Gendarmerie » entraînera d’ici à 2011 la suppression de 8000 à 10000 emplois dans la Police et la Gendarmerie, notamment dans les zones rurales, péri-urbaines et sensibles.

 

Même si certaines réformes de structures sont parfois effectivement nécessaires, je ne pourrai jamais me résoudre à voir fleurir chaque jour dans l’actualité les « cartes » d’organisation des services publics : carte judiciaire, carte scolaire, carte hospitalière ou encore carte militaire….

 

Cette réorganisation brutale, appliquée verticalement sans concertation et sans aucune logique territoriale relève du « déménagement du territoire » !

 

Réagissons maintenant et ensemble car sans une réponse citoyenne massive de chacune et chacun d’entre nous, la mort lente mais programmée des services publics locaux est assurée !

 

 

René SOUCHON

 

Repost 0
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 09:14

Après deux années de négociations, la visite de Jean-Cyril SPINETTA, Président d’Air France-KLM, le jeudi 3 juillet dernier, a marqué l’histoire de l’aéroport.

J’étais donc particulièrement heureux de l’accueillir et d’annoncer à ses côtés un investissement très important pour le développement de notre économie régionale.

Regional, filiale d’Air France, s’est en effet engagé à investir 15 M€ sur la zone sud de l’aéroport pour y construire un ensemble immobilier de 13 000 m2 destiné à la maintenance de toute sa flotte et celle de sociétés  tierces comme Airliner. En termes d’emplois, cela représente 40 postes qualifiés supplémentaires d’ici 5 ans.

A l’heure où le secteur aéronautique prend de plein fouet la hausse vertigineuse du prix du baril de pétrole, cet évènement laisse augurer de bonnes opportunités  pour la plateforme aéroportuaire.  Nous y travaillons, en partenariat étroit avec la société gestionnaire de l’aéroport, car cela recouvre des enjeux majeurs pour l’Auvergne, à la fois économiques et touristiques.



Repost 0
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 10:16
Citoyenne d'honneur de la région Auvergne : Ingrid Bétancourt est LIBRE

 

Au nom de l’ensemble de l’exécutif, je tiens à dire toute la joie qui accompagne la libération d’Ingrid Bétancourt et des 14 autres otages retenus jusqu’ici par les FARC. Cette libération est un énorme soulagement pour les familles et leurs proches.

 

Otage en Colombie depuis le 23 février 2002, privée de liberté comme plus de 3000 personnes dans ce pays pour avoir osé s’élever et tout simplement parler, Ingrid Bétancourt est aujourd’hui libre.

 

L’assemblée régionale s’est plusieurs fois prononcée de façon unanime pour soutenir sa libération. Ingrid BETANCOURT est par ailleurs depuis 2004 citoyenne d’honneur de la région Auvergne.  Toutes les actions de soutien à travers le monde, aussi minimes soient-elles, ont fini par faire masse et permis au bout de six ans de ne jamais oublier la situation d’Ingrid BETANCOURT.

 

Aujourd’hui, nous lui rendons hommage, et à travers elle, nous réaffirmons notre combat au nom de la liberté contre toutes les formes d’oppressions.

 

Repost 0
27 juin 2008 5 27 /06 /juin /2008 10:56

Toute l’Auvergne attend cette finale de demain soir au stade de France entre l’ASM, le fleuron du rugby auvergnat, et la grande équipe du Stade Toulousain.

 

Nous espérons tous bien entendu que la victoire sera au rendez-vous. Nous espérons tous une grande fête populaire Place de Jaude à Clermont-Ferrand.

 

Mais la grande incertitude du sport nous invite à modérer notre enthousiasme. Quoi qu’il en soit, les joueurs de l’ASM nous aurons gratifié d’une superbe saison et d’un début d’été magnifique.

 

Nous comptons sur les percées de Napolioni Nalaga et d’Aurélien Rougerie pour nous assurer une victoire attendue. Nous comptons sur nos avants et sur le talonneur argentin Mario Ledesma pour contrecarrer les avancées Toulousaines. Nous comptons sur le sens du jeu et l’expérience de Pierre Mignoni. Nous comptons sur toute une équipe qui devra être plus que jamais soudée pour relever ce défi et ramener le Bouclier de Brennus en Auvergne.

 

L’Auvergne qui gagne passe aussi par l’ASM. Ils ont déjà gagné notre confiance, notre estime, nos cœurs.

 

Je souhaite qu’ils gagnent demain soir le titre de Champion de France de rugby pour la 1ère fois dans l’histoire du sport auvergnat.

 
            

    Allez l’ASM !
Allez les jaunes et bleus !   

 


René SOUCHON

Repost 0
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 14:33

Alors que les études relatives à la future ligne grande vitesse (LGV) Paris – Clermont (pour une réalisation après 2020) viennent d’être rajoutées au projet de loi Grenelle 1 -présenté ce matin en Conseil des ministres et examiné par le parlement à l’automne-, René Souchon, Président du Conseil régional d’Auvergne se réjouit que la pression exercée sur le gouvernement par les Auvergnates et les Auvergnats ait permis cette avancée.


Il tient à préciser que le principe de l’inscription d’études ne signifie pas réalisation des travaux et appelle à poursuivre l’exceptionnelle mobilisation de l’Auvergne qui a déjà réuni plus de 73 000 signatures.


La Région Auvergne accentue son action avec un stand sur le Salon européen du transport et de la mobilité qui se tient actuellement Portes de Versailles à Paris du 10 au 12 juin.


René Souchon qui préside l’association ALTRO se félicite également des propos du Secrétaire d’Etat aux transports, Dominique Bussereau, qui a confirmé l’inscription de crédits d’études pour réaliser, à plus long terme, une transversale Est – Ouest dénommée TRANSLINE.


Les projets à long terme de LGV ne doivent pas faire oublier les difficultés actuelles du réseau ferroviaire auvergnat. Au minimum 250 millions d’euros de travaux à la charge de l’Etat et de RFF sont nécessaires.


René Souchon attend toujours la réponse du Premier ministre interrogé par courrier sur le montant des crédits que pourrait débloquer l’Etat. Un plan rail exceptionnel permettrait de moderniser ce réseau emprunté chaque jour par des milliers de personnes et complémentaire aux futures lignes grande vitesse.

Repost 0
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 14:08

PICT0004     PICT0007 

 


Mercredi 21 mai 2008, René Souchon s'est rendu en gare d'Issoire pour inaugurer en compagnie de Pierre Sablier, (Directeur de la SNCF), Jacques Magne, (nouveau Maire d'issoire), Christiane Laïdouni, (Vice-Présidente du Conseil régional d'Auvergne) et Pierre Pommarel, (Conseiller régional d'Auvergne) de nouveaux autorails grande capacité pour le TER (Train Express Régional).


 

 PICT0031     PICT0051

Repost 0

Mieux connaître

Recherche

Articles Récents